À l’occasion de la 17ème édition de son action Saint-Valentrain, Ecolo réaffirme l’intérêt porté aux usagers du rail ainsi que de tous les transports en commun et sa volonté de prouver que des alternatives sont possibles.

À Soignies, ce sont 60% des revenus du travail qui proviennent de l’extérieur de la commune, principalement de Bruxelles. Beaucoup de Sonégiens font donc quotidiennement la navette vers notre capitale. Et ce nombre devrait encore augmenter au vu des projets immobiliers dans les alentours de la gare.

Alors que les citoyens sont de plus en plus nombreux à développer des initiatives pour répondre aux défis environnementaux et de mobilité, la qualité de l’offre des alternatives en transport en commun se dégrade.

Ce constat est un frein pour de nombreuses personnes puisque depuis des années «seulement» 2800 personnes effectuent ce trajet en train. L’offre doit être améliorée et augmentée pour répondre correctement aux besoins ! Cela se joue au niveau de la fréquence, du confort, de la fiabilité et de la ponctualité (Soignies se situe sur l’une des pires lignes de Belgique)…

Cependant, il est également nécessaire de s’inquiéter des trajets entre les domiciles/écoles et la(les) gare(s) : coordonner les horaires de bus, des trains omnibus (comme depuis la gare de Neufvilles), améliorer l’offre de mobilité douce, gérer l’offre de parking… Le niveau communal doit donc également jouer son rôle !

Témoignage : Vis ma vie de navetteur sonégien !

« J’habite Soignies, je travaille à Bruxelles. Tous les matins, je prend le train. Enfin… quand j’ai garé ma voiture sur le parking payant (cher!) de la gare. J’accumule un retard journalier de 15 minutes quasiment tous les jours. Quand je n’ai pas le 17h43 pour le retour, je prends le 18h13 et là, il est rare de trouver une place assise, ce train n’étant plus considéré comme train d’heure de pointe il est d’une taille plus réduite. Et c’est la même histoire quand il manque des wagons ! Ainsi en octobre et novembre, le 8h47 était réduit de moitié un jour sur deux ! Le timing « heure de pointe » de la SNCB est trop réduit, il se termine trop tôt le matin et le soir, que ce soit en termes de fréquence ou de taille des trains. Les rythmes de travail changent et s’étendent plus longtemps sur la journée… Je pourrais prendre le train au départ de Neufville, plus près de chez moi mais ne ne le fais pas parce qu’il me ferait perdre beaucoup trop de temps en correspondances. Il arrive, par exemple, à Braine 2 minutes après le départ du train vers Bruxelles et reste en gare de Soignies bien trop longtemps… »

Les autres navetteurs du Centre sont logés à la même enseigne que les Sonégiens : problèmes de parking à Silly, Enghien, Braine-le-Comte, faiblesse de l’offre sur La Louvière, ponctualité sur la ligne traversant Binche, La Louvière et Ecaussinnes, restriction du service par la fermeture des bâtiments et des guichets (sauf à Ecaussinnes, où la majorité a rouvert depuis lors sa gare après l’avoir rachetée à la SNCB)…
En ce mardi 14 février, merci aux navetteurs qui voyagent en transports en commun. En espérant vous voir plus nombreux d’année en année !

 

Christophe LAURENT et Benoit LECLERQ, Conseillers communaux à Soignies

Arnaud GUERARD, Marie-Claire HANNECART et Reynald PILETTE, Coprésidents régionaux

Share This